Joomla TemplatesBest Web HostingBest Joomla Hosting

L'Economiste du 21 septembre 2016

Délais de paiement
Un nouveau warning de Coface


Le secteur public toujours aussi indiscipliné
Le BTP très mauvais élève, les services aux entreprises s’améliorent


En 2015, plus de 30% des répondants ont affirmé que le temps entre l’émission de la facture et l’encaissement se situait entre 30 et 60 jours. Cette part a décru à 24% des répondants en 2016. Les entreprises ayant déclaré des délais de paiements supérieurs à 90 jours sont en augmentation. Alors que les délais de paiement auraient tendance à se dégrader, une amélioration du nombre de jours de retards sur l’échantillon avec un accroissement de la part des retards inférieurs à 30 jours a été constatée.
Les délais de paiement continuent d’asphyxier le tissu économique marocain. Les entreprises pour lesquelles ces délais se dégradent le plus sont celles dont le client est dans le secteur public. C’est ce qui ressort de l’enquête 2016 de Coface sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc(1) publiée mardi 20 septembre.

Lire la suite...

 

Avis de Convocation de l’Assemblée Générale Ordinaire de la FNBTP

Le Conseil d’Administration de la FNBTP invite les membres de la FNBTP à participer aux travaux de l’Assemblée Générale Ordinaire de la Fédération qui se tiendra le :

Jeudi 13 octobre 2016 au Centre d’Accueil et des Conférences du Ministère de l’Equipement à Rabat ou à défaut dans un autre lieu réservé par le Bureau National de la FNBTP.

L’ordre du jour de l’Assemblée Générale Ordinaire de la FNBTP portera sur :

•    La présentation et la discussion des Rapports Moral et Financier de la FNBTP ;
•    Le vote du quitus au Président et au Conseil d’Administration sortants ;
•    L’élection du Président de la FNBTP ;
•    L’élection des membres élus du Conseil d’Administration

Peuvent participer à cette Assemblée Générale Ordinaire les représentants légaux dument mandatés à cet effet des entreprises membres de la FNBTP au 29 juillet 2016 à jour de leurs cotisations y compris celle de l’exercice 2016.

Lire la suite...

 

L'Economiste du 19 septembre 2016

Colloque des finances publiques
Impliquer davantage les pouvoirs politiques

Les limites du pouvoir exécutif dans l’adoption des lois de finances
Parlement et Cour des comptes les garde-fous


C’est un thème d’actualité brûlante qui a été choisi pour fêter le 10e anniversaire du colloque international des finances publiques. A la veille de la tenue des élections législatives (en octobre 2016), les organisateurs ont décidé d’orienter leurs débats sur les enjeux qui unissent au Maroc et en France les pouvoirs politiques et les finances publiques. Justement, ces deux importantes composantes d’un Etat sont étroitement liées. Il ne peut, d’ailleurs, pas y avoir d’Etat sans finances, insiste d’emblée Noureddine Bensouda, Trésorier général du Royaume (TGR). «Les finances publiques et les pouvoirs politiques sont le socle de l’Etat», affirme-t-il. Le système financier d’un pays doit donc refléter son organisation politique. Et pour se réformer, les démocraties s’appuient de plus en plus sur la réforme des finances publiques. Le Parlement joue un rôle primordial dans le processus budgétaire et dans l’élaboration des politiques publiques.

Lire la suite...

 

L'Economiste du 19 septembre 2016

Délais de paiement des marchés publics: «la TGR a joué le rôle de lièvre»
Noureddine Bensouda, trésorier général du Royaume


Les opérateurs ont été déçus de voir les grandes entreprises publiques exclues du champ d’application de nouveaux délais de paiement des marchés publics. «Ce n’était pas dans le cahier des charges qui nous a été confié», assure le trésorier général du Royaume (TGR), Noureddine Bensouda. Le périmètre de la TGR se limite aux marchés de l’Etat et des collectivités territoriales. «Dans cette réforme, elle a joué le rôle de lièvre. Aux autres de faire leur travail». Sur les finances locales, Bensouda relève que le niveau de la mobilisation des ressources de l’impôt reste faible, mais il y a «une prise de conscience des élus et des responsables locaux».

- L’Economiste: Un nouveau plan comptable de l’Etat entrera en vigueur en 2018. Est-on en mesure d’identifier tout le patrimoine de la Nation?
- Noureddine Bensouda: Un travail en profondeur a été fait pour cerner le patrimoine de l’Etat. Une grande question se pose cependant au niveau comptable: Faut-il valoriser les actifs à la valeur historique ou la valeur marchande? C’est un débat qui se poursuit à l’échelle internationale.

Lire la suite...

 

L'Economiste du 13 juillet 2016

Délais de paiement
La nouvelle «norme», plus de 360 jours!


BTP, industrie, commerce, les secteurs les plus touchés
Les avances de trésorerie se paient au prix fort


Toutes les enquêtes le relèvent, mais à la réalité quotidienne dans les TPE et PME, la situation est encore plus grave que ne le disent les statistiques. Les fins de mois sont devenues un cauchemar. Pour payer les cotisations CNSS, les salaires et les échéances fiscales, il faut supplier son banquier pour qu’il autorise un dépassement du découvert lorsque celui-ci existe! Du BTP au conseil, à l’industrie en passant par l’agroalimentaire, la plupart des chefs d’entreprise et des responsables interrogés par L’Economiste le confirment: depuis deux ans, les délais de paiement se sont encore rallongés, et dans certains cas courants, il faut compter plus de 360 jours pour encaisser une créance.  Ce qui signifie que l’entreprise a l’intégralité de son chiffre d’affaires à l’extérieur.
La loi n’a donc rien changé aux mauvaises habitudes. Au contraire. «La situation est catastrophique ; il n’est pas rare que certains clients règlent à plus de 360 jours», tempête  ce directeur administratif et financier  d’une TPE spécialisée dans la sécurité incendie.

Lire la suite...